Maison d'arrêt de Cherbourg

Référent : Marc Renneville - Publié le 15/09/2017

Contributeurs : Catherine Prade, Marc Renneville



Maison d'arrêt de Cherbourg
Source : Wikimedia/WikiManche

Adresse

2 rue Vastel
CHERBOURG

Ouvert au public : Non

  • Identité
    • Localisation : France, Normandie, Manche, Cherbourg
    • Site internet : http://www.annuaires.justice.gouv.fr/etablissements-penitentiaires-10113/direction-interregionale-de-rennes-10127/cherbourg-10826.html

    • Date de Construction : 1861
    • Période de fonctionnement : 1871-
    • Particularités :

      Avant 1789, Cherbourg ne dispose que d’une prison ordinaire dépendant du bailliage, située à l’emplacement de l’ancien maison de refuge (dite « abbaye Sartrine »). La prison royale la plus proche est située à Valognes. En 1804, la maison d’arrêt de Cherbourg se trouve dans les « mielles » (zone de grève plate) et enferme sans séparation civil et militaires, prévenus et condamnés, hommes et femmes, adultes et enfants dans une « enceinte étroite et malsaine » (Noël-Agnès, 1861, p. 18). Quelques années plus tard, la maison d’arrêt est déplacée dans l’ancienne poudrière située au bout de l’impasse de la rue des Bastions.

      En 1813, la préparation de la venue de l’Impératrice pour inaugurer l’avant-port militaire provoque le prolongement de la rue des Bastions pour rejoindre la rue du Chantier (actuelle rue Emmanuel-Liais). Le bâtiment de l’ancienne poudrière est détruit. (ibid., p. 32)

      Initié dès 1811, le projet de construction d’une nouvelle prison nécessite l’asséchement du marais du Cauchin (qui corresponde aujourd’hui au quartier de la place Divette) ce qui implique d’importants travaux de remblaiements. En 1820, la prison et le tribunal sont toujours installés dans des bâtiments loués. La prison ouvre en 1827, suivie de la halle aux grains, du temple protestant et du tribunal civil et de commerce (1840). La maison d'arrêt fait l'objet de transformations entre 1861 et 1871. Elle est située en plein centre ville sur un domaine de 1638m2. Les surfaces bâties réprésentent environ 1195m2. Elle est bordée à l'est par la rue Collard, au sud par la rue Vastel qui dessert l'entrée et à l'ouest par la rue François 1er. Elle est fermée par une double enceinte : un mur intérieur de 10m de hauteur et un mur extérieur d'environ 8m. L'établissement est composé de sept bâtiments. Conçue pour un régime d'enfermement collectif (dortoirs), la prison prévoyait des quartiers permettant de séparer les hommes et les femmes. Le quartier femmes a été supprimé et réaffecté à un service de semi-liberté.


    • Fonctions :
      • 1871 - maison d'arrêt

        • Ressort : Le Havre
  • Dates-clés
    • Personnes liées à l'établissement
    • Statistiques
    • Ressources

      • Bibliographie
        • Vérusmor (pseud. de Alexis Géhin). Histoire de la ville de Cherbourg, de Voisin-la-Hougue, continuée depuis 1728 jusqu'à 1835, Cherbourg, Boulanger, 1835 (voir sur Gallica)

          Noël-Agnès (Nicolas-Jacques), « Notes sur l’administration municipale de Cherbourg, de 1789 à 1815 », Mémoires de la Société académique de Cherbourg, 1861, vol. 8.