Palais de justice de Pointe-à-Pitre

Référent : Caroline Soppelsa - Publié le 05/09/2017

Contributeurs : Caroline Soppelsa



Façade principale du palais de justice sur la place de l'Eglise. Entrée du tribunal de grande instance, 12 août 2017
Source : © Caroline Soppelsa
Vue de la façade latérale sur la rue du Général Ruillier, à l'angle nord-est, 12 août 2017
Source : © Caroline Soppelsa
Vue de la façade latérale est et de la façade arrière, à l'angle des rues Victor Hugues et du Général Ruillier, 12 août 2017
Source : © Caroline Soppelsa
Vue de la façade arrière et de la façade latérale ouest, à l'angle des rues de l'Eglise et Vincent Hugues, 12 août 2017
Source : © Caroline Soppelsa
Vue de la partie centrale de la façade principale, 12 août 2017
Source : © Caroline Soppelsa
Vue de la porte d'entrée secondaire sur la rue de l'Eglise, actuelle entrée du tribunal d'instance, 12 août 2017
Source : © Caroline Soppelsa
Phonos-Photos, Guadeloupe - Pointe-à-Pitre - Le Palais de Justice, carte postale (édition Maison Charles Boisel), s.d. [années 1930]
Source : © Collection particulière
[Vue de Pointe-à-Pitre à vol d'oiseau. Le palais de justice en bas à droite], carte postale, s.d. [après 1932]
Source : © Collection particulière
Pointe-à-Pitre, Le Palais de Justice, carte postale, s.d. [début du XXe siècle, avant 1928]
Source : © Collection particulière

Adresse

Place de l'Eglise
POINTE-À-PITRE

Ouvert au public : Oui

  • Identité
    • Localisation : France, Guadeloupe, Guadeloupe, Pointe-à-Pitre
    • Date de Construction : 1930-1932
    • Période de fonctionnement : 1932-aujourd'hui
    • Particularités :

      Imaginé par l'architecte Ali Tur, l'actuel palais de justice de Pointe-à-Pitre a été construit, entre 1930 et 1932, à l'emplacement de l'ancien palais du XIXe siècle, conçu par Edgard Quin en 1843 et détruit par le cyclone de 1928. Soucieux de ne pas ajouter au traumatisme du cyclone le choc d'un édifice en rupture complète avec le palais historique qui faisait partie du paysage pontois depuis plus de soixante ans, Ali Tur réutilise le socle de l'édifice antérieur et en reprend les volumes, adaptant la forme architecture à l'esthétique art déco du moment.


    • Fonctions :
      • 1958 à aujourd'hui - tribunal de grande instance

      • 1958 à aujourd'hui - tribunal d'instance

  • Dates-clés
    • 8 février 1843 - Séisme

      Causant la mort de 1 200 habitants, le tremblement de terre et l'incendie qui lui fait suite provoquent la destruction presque totale de la ville de Pointe-à-Pitre. La maison qui accueille alors les services des juridictions n'a pas échappé à la catastrophe. Il faut construire à neuf.

    • Juillet 1843 - Novembre 1843 - Etudes pour la construction d'un nouveau palais de justice

      Le projet est confié au conducteur des Ponts et Chaussée Edgard Quin. Le nouvel édifice sera élevé sur la place de l'Église en face du lieu de culte qui est également à reconstruire. Les plans et devis sont livrés le 24 juillet et successivement examinés par le conseil privé du gouverneur (1er septembre) et l'inspection générale des travaux maritimes au ministère des Colonies (15 novembre). À la construction en maçonnerie et bois proposée par Quin, le gouverneur préfère une structure métallique, plus apte selon lui à résister à un nouveau séisme. L'inspection générale, cependant, tranche en faveur du projet initial.

    • Janvier 1844 - Décembre 1845 - Travaux de construction

    • 12 septembre 1928 - Cyclone

      Extrêmement violent, ce cyclone ravage les Antilles, causant à la Guadeloupe plus d'un millier de morts et la destruction des infrastructures, de nombreuses maisons et bâtiments publics. Parmi ces derniers, le palais de justice de Pointe-à-Pitre.

    • 3 avril 1929 - Début de la mission d'Ali Tur comme architecte de la reconstruction de la Guadeloupe

      Architecte du ministère des Colonies, Ali Tur se voit confier la reconstruction des édifices publics de Guadeloupe. Il arrive à Basse-Terre le 25 mars et signe le 3 avril le contrat qui le lie à la colonie.

    • 1929 - 1930 - Etudes pour la construction du nouveau palais de justice

      Il s'agit du premier projet d'Ali Tur en Guadeloupe.

    • Juillet 1930 - Décembre 1932 - Travaux de construction

      L'adjudication des travaux a lieu le 26 juillet 1930 et leur réception définitive le 16 décembre 1932.

    • Juillet 1932 - Mars 1933 - Travaux d'aménagement

      L'ameublement et l'installation de l'électricité se poursuivent jusqu'au printemps 1933.

    • 1933 - Création d'un square

      Finalisant l'insertion urbaine du palais, Ali Tur dessine et réalise un square devant l'entrée principale. Ce square a aujourd'hui disparu.

  • Personnes liées à l'établissement

      QUIN, Edgard Louis Georges

      Dates : 1810-1859

      Statut : ingénieur-e


      Biographie

        Né à Basse-Terre, Edgard Quin entre au service des Ponts et Chaussées de la colonie de la Guadeloupe en 1829. Affecté en 1835 comme conducteur à l'arrondissement de Pointe-à-Pitre, il se voit confier, après le séisme de 1843, la reconstruction du palais de justice de cette ville (1843-1845). Ultérieurement attaché à l'arrondissement des dépendances, il meurt en 1859 à Grand-Bourg de Marie-Galante.

        Pour en savoir plus :

        KISSOUN Bruno, Le service des Ponts et Chaussées en Guadeloupe au XIXe siècle. Du modèle métropolitain aux Travaux Publics des colonies (1816-1908), Pointe-à-Pitre, Éditions Jasor, 2011, 197 p.

      QUIN, Edgard Louis Georges, (ingénieur-e) (1810-1859)

      TUR, Ali Georges

      Dates : 1889-1977

      Statut : architecte


      Biographie

        Né en 1889 à Tunis d'un père polytechnicien, Ali Tur se forme à l'architecture à l'École des beaux-arts de Paris (promotion 1910, atelier Laloux, diplômé en 1920). Nommé architecte du ministère des Colonies en 1925, il est chargé de la reconstruction des édifices civils ou religieux de la Guadeloupe, balayés par le cyclone de 1928. Entre 1929 et 1937, il supervise la construction de plus d'une centaine de bâtiments gouvernementaux et communaux de l'archipel : palais du Gouverneur, palais du conseil général, hôpitaux, écoles et groupes scolaires, mairies, églises, gendarmeries, dispensaires, bureaux de poste, presbytères... et, dans le domaine judiciaire, les palais de justice de Pointe-à-Pitre (1930-1932), Basse-Terre (1932-1934) et Grand-Bourg de Marie-Galante (1933), et les bâtiments de justice de paix du Lamentin (1932), de Port-Louis (1930-1932) et de Saint-Martin (1932-1934). Ces réalisations lui valent plusieurs récompenses : médaille d'or au Salon des artistes français (1936), grand prix à l'Exposition internationale de Paris (1937), grand prix d'architecture du ministère de la France d'outre-mer (1950). Il poursuit parallèlement une carrière métropolitaine, auteur principalement à Paris d'ensembles de logements HBM (1932-1934). Il meurt à Paris en 1977.

        Pour en savoir plus :

        AMOUROUX Dominique, Ali Tur. L'architecte et le cyclone, Guadeloupe 1928, Paris, Nouvelles éditions Jean-Michel Place, 2016, 84 p.

        PAVIOL Sophie, Ali Tur, un architecte moderne en Guadeloupe, Gollion, Infolio, 2014, 169 p.

        ROBIN-CLERC Michèle, Ali Tur. Guadeloupe Années 30, l'architecte d'une reconstruction, Paris, Somogy éditions d'art / [Basse-Terre], Région Guadeloupe, 2015, 247 p.

        Fiche biographique dans la base AGORHA.

      TUR, Ali Georges, (architecte) (1889-1977)

  • Statistiques
  • Ressources